Fév 122009
 

Sarkozy et le pot de confiture du mensonge«L’authenticité se lit sur mon visage (…) personne ne m’a pris le doigt dans le pot de confiture du mensonge » (Nicolas Sarkozy, conférence de presse du 8 janvier 2008).

C’était il y un peu plus d’un an et déjà on s’étonnait du culot et de l’arrogance de cet homme dont le mensonge et la trahison jalonnent sa vie d’homme politique.

Jeudi dernier, lors de son intervention télévisé « Face à la crise », il a récidivé en déclarant – face à 15 millions de français – la main sur le coeur et avec quelques trémolos dans la voix : «Je suis quelqu’un de très déterminé, et quand je prends un engagement, j’ai l’habitude de le tenir. On m’a fait beaucoup de reproches dans ma vie politique : pas de mentir. »

L’indispensable Torapamavoa récapitule dans une de ces petites vidéos bien senties, et dont il a le secret, quelques-uns des plus célèbres mensonges qui ont marqué la vie politique de Nicolas Sarkozy. C’est utile, mais il n’est pas nécessaire de remonter le temps, tant l’intervention télévisée du tout-petit-président, jeudi dernier, était elle-même jalonné de mensonges.

Passons d’abord sur ce glissement qui de 2007 où le candidat Sarkozy déclarait qu’il serait le candidat du pouvoir d’achat, l’a conduit en 2008 à déclarer qu’il ne pouvait tout de même pas « vider des caisses déjà vides » et que « réduire la vie politique française à la seule question du pouvoir d’achat [était] absurde », pour en 2009 – « Face à la crise », donc – parvenir à pérorer deux heures durant sans évoquer une seule fois le pouvoir d’achat, réussissant le tour de force de n’en pas même prononcer le nom.

Ne revenons pas non plus sur Gandrange, où les salariés du site d’Arcelor Mittal se souviennent très précisément et très amèrement des promesses faites par le président et dont ils savent aujourd’hui qu’elles ne seront pas tenues, salariés abandonnés à leur sort qui auront certainement apprécié les efforts de ce nouveau super-menteur pour prétendre le contraire avec un aplomb tout à fait délirant.

Tout au long de cette interminable émission, Nicolas Sarkozy s’est ainsi autorisé à tordre faits et chiffres selon son bon vouloir, persuadé qu’il est que la parole peut avantageusement se substituer à la réalité.

Certains ont par exemple relevé le mensonge proféré à propos du cadeau fait aux banques françaises – déjà près de 40 milliards d’euros, et non 25 comme annoncé jeudi soir -, quand le tout-petit-président a cru en sus pouvoir impunément énoncer qu’il ne s’agissait que d’un prêt consenti par l’Etat et qui de ce fait rapporterait à ce dernier « 1,4 milliards d’intérêt, pour financer des mesures sociales ».

En réalité, le sauvetage de Dexia, réalisé par un achat massif d’actions, a d’ores et déjà coûté 770 millions d’euros (en moins-value à réaliser) aux contribuables français ; surtout, l’Etat s’est lui-même endetté afin de pouvoir prêter aux banques, ce qui signifie que d’une part il paie lui-même des intérêts, et que d’autre part il affaiblit sa propre position sur les marchés, renchérissant d’autant les futurs emprunts de l’Etat.

D’autres se sont intéressés aux affirmations présidentielles à propos de la relance par la consommation pour laquelle a opté la Grande Bretagne. « Si les Anglais ont fait cela, répondit-il, c’est parce qu’ils n’ont plus d’industrie, à la différence de la France […]. Les services pèsent pour 15% du PIB anglais. Ils pèsent pour 3% du PIB français. […] Gordon Brown ne peut pas faire ce que j’ai fait avec […] un certain nombre d’industries parce qu’ils n’en ont plus. » s’est par exemple autorisé à dire Nicolas Sarkozy, quand la réalité est toute autre puisque selon l’OCDE, la part de l’industrie dans les PIB français et britanique est identique (12,6%). Quant aux services, ils occupent en France une part prépondérante du PIB : 77,3%… et non pas 3% !!!

Et super-menteur cependant de poursuivre : « Le jour où les Anglais ont décidé de réduire de deux points la TVA [c’est 2,5 point en fait, mais le président n’est pas à cela près], un certain nombre de responsables politiques se sont précipités pour dire : C’est ce qu’il faut faire. La consommation, depuis, en Angleterre, non seulement n’a pas repris mais elle continue à baisser. » C’est une nouvelle fois totalement faux : au Royaume Uni, la consommation des ménages en produits manufacturés s’est accrue de 2,6% entre novembre et décembre 2008. En France, au contraire, une baisse de la consommation de près de 1% est enregistrée sur la même période…

Mais, en terme de mensonge, le plus énorme est encore ailleurs – et il n’est pas anecdotique que Nicolas Sarkozy l’ait proféré afin de tenter de dissimuler sa tentation monarchique. Le chef de l’Etat a en effet chercher à réfuter l’idée que ce serait lui qui décide seul de la nomination des présidents de l’audiovisuel public : « C’est un mensonge », a-t-il affirmé sans aucune pudeur, expliquant que « le nom proposé part aux commissions des affaires culturelles de l’Assemblée nationale et du Sénat où il doit être accepté à la majorité des 3/5e, c’est-à-dire que l’opposition doit être d’accord avec la majorité ».

Mais voilà, c’est absolument faux. Réclamée par le Parti Socialiste, la nomination avec l’accord des 3/5e des commissions, c’est-à-dire dans un certain consensus républicain, n’était pas prévue dans le projet de loi du gouvernement… et n’a de fait pas été votée par le Parlement et sa majorité UMP. Pis même, selon le texte entériné la veille par le Parlement, le nom ne doit pas être accepté à la majorité des 3/5e – ce qui aurait rendu nécessaire l’approbation d’une partie de l’opposition – mais il peut être refusé à une majorité des 3/5e – ce qui signifie qu’il suffit qu’elle soit accepté par seulement les 2/5e… et c’est en réalité moins que la majorité qui suffira au président pour que sa volonté soit respectée.

Mardi, à l’Assemblée Nationale, Laurent Fabius a interrogé François Fillon à propos des déclarations de Nicolas Sarkozy sur la nomination du président de France télévisions, selon lesquelles il apparaîtrait que l’opposition serait finalement associée à cette nomination. Se demandant avec une fausse ingénuité si le président de la République avait vraiment pu « prononcer un énorme mensonge devant 15 millions de personnes », l’ancien premier ministre socialiste a demandé : « Est-ce un revirement ou un mensonge ? ».

Après avoir très maladroitement tenté de noyer le poisson, François Fillon a expliqué que ce n’était pas un revirement, confirmant implicitement que c’était un énorme mensonge – mais personne non plus ne pouvait en douter.


Où l’on parle de : Le gros mensonge de Nicolas Sarkozy

 


Popularité de Nicolas Sarkozy

  • sapristi

    Jette un coup d’oeil sur le site http://www.mondialisation.ca . Un site très intéressant!
    😉

  • Lulu 42

    pourtant il a un pti nez mdr

  • Pino

    C’est bien la preuve que de tout temps, les politiques mentent ! C’était déjà le cas il y a 5 ans, et c’est plus que jamais vrai aujourd’hui. Merci les politiques !