Mar 152012
 

Devant le QG de campagne de Nicolas Sarkozy, les ouvriers d’Arcelor-Mittal ont été accueillis par des CRS et des gaz lacrymogènes. En larmes, les salariés lorrains ont laissé éclater leur colère contre celui qui se présente comme « le candidat du peuple ».

Cette colère, elle mérite d’être entendue, on y perçoit une profonde désespérance :

 

http://www.dailymotion.com/video/xpgstn_les-metallos-de-florange-refoules-du-qg-de-sarkozy_news

 

http://www.dailymotion.com/video/xpgmtf_la-colere-des-salaries-de-florange_news

 

Mais Nicolas Sarkozy, quand un (jeune) journaliste se permet d’évoquer les gaz lacrymogènes qui ont reçu ces ouvriers, se contentent d’un très respectueux : « Qu’est-ce que vous voulez que j’ai à foutre de ce que vous me dites ! », avant de le traiter de « couillon » (tentant aussitôt de rattrapper son nouveau dérapage sous un rire aussi complice que maladroit) :

 

D’autres images de la colère des salariés d’ArcelorMittal ici et

 
  • Stef B

    Du mépris, toujours du mépris, les français doivent se souvenir qu’il n’a rien fait ou si peu pour eux…

    • On aimerait tant qu’ils se souviennent…