Mar 152012
 

Jean-Luc MélenchonJ’avais un instant pensé, rêvé que Jean-Luc Mélenchon avait compris qu’il pouvait être utile à la gauche, c’est-à-dire utile aux Français qui ont besoin de la gauche, parce qu’ils sont en souffrance sociale. Que pour être utile, la gauche a besoin de devenir majoritaire en France.

Jean-Luc Mélenchon a parfaitement raison de chercher à faire gagner des voix au Front de Gauche, faire croître son poids électoral à l’occasion de cette élection présidentielle, c’est son rôle et c’est sa très légitime ambition politique. Faire progresser ses idées. Faire en sorte que le Front de Gauche passe dans un premier temps la barre des 10% – cela semble être fait -, puis atteigne celle des 15% – cela sera compliqué mais je lui souhaite. Aller au-delà ensuite, que le Front de Gauche devienne majoritaire à gauche – pourquoi pas, le combat politique est fait de rêves et d’ambitions…

Mais quel intérêt tout cela, si cela se fait sur le dos du reste de la gauche, c’est-à-dire aujourd’hui du Parti Socialiste et de son candidat François Hollande ? Jean-Luc Mélenchon ignore-t-il ce que sont les rapports de force entre la gauche et la droite ?

Rappelons-les lui.

A ce jour, la gauche pèse à la louche, peu ou prou, 40%. Disons 28% pour le Parti Socialiste et ses alliés (PRG et MRC), 10% pour le Front de Gauche (PdG et PCF), et 2% pour Europe Ecologie Les Verts et l’extrême gauche trotskiste (NPA et LO).

Reste donc 60% pour la droite. 28% pour l’UMP, 16% pour le Front National, 13% pour le Modem et 3% pour les Villepin et Dupont-Aignan.

Jean-Luc Mélenchon aura beau faire de s’évertuer à arracher un, deux ou cinq points à François Hollande, ou même dix ! il n’en restera pas moins que la gauche resterait à 40%, et perdrait l’élection. Admettons dix points, soyons fous : avec 20% des suffrages, Jean-Luc Mélenchon passerait devant François Hollande (18%). Très bien. Et ensuite ? Jean-Luc Mélenchon serait au second tour. Et ensuite ? Il perdrait l’élection et Nicolas Sarkozy resterait président de la République.

Battre la droite et Nicolas Sarkozy, faire gagner la gauche, il est évident que cela ne se produira pas si la gauche considère que son gâteau de 40% est à partager entre chacune de ses composantes, lesquelles se crêperaient mutuellement le chignon pour en obtenir la plus grosse part. Il ne peut s’agir que de parvenir à faire grossir le gâteau, d’abord au premier tour, ensuite au second.

Le fait est qu’au second tour, seul François Hollande est en mesure de rassembler au-delà de la gauche – et je suis certain que ce n’est pas faire offense à Jean-Luc Mélenchon que d’affirmer cette réalité politique.

La seule stratégie pour Jean-Luc Mélenchon qui puisse être utile à la fois au Front de Gauche et à la gauche toute entière, est d’aller chercher des voix au-dehors de la gauche. Et d’abord évidemment parmi les classes populaires en désespérance, tentées soit par l’abstention soit par un vote Front National.

Alors oui, c’est sans aucun doute plus difficile que de jouer l’habituel petit jeu du « je suis la seule vraie gauche », mais à quoi bon avoir une grande gueule si c’est pour la jouer petits bras ?

A quoi bon se gargariser de la gauche si c’est pour au final adopter une stratégie qui ne peut que conduire à la faire perdre ?

A quoi bon clamer que l’on est le pire ennemi du Front National si c’est pour au final favoriser la victoire – ou même ne pas l’empêcher – d’un Sarkozy qui jour après jour en reprend toutes les propositions et toutes les outrances ?

Oui, camarade Mélenchon, les voix socialistes te sont sans doute les plus faciles à conquérir, elles te donneront sans aucun doute non plus la satisfaction toute personnelle d’un score honorable, mais pour quel résultat si une telle facilité politique ne contribue à rien d’autre qu’à permettre la réélection de Nicolas Sarkozy ?

Participer à une élection c’est vouloir la gagner, pas y figurer de manière honorable en la jouant facile et petits bras. Et il n’y a que deux façons de gagner une élection, soit en la gagnant soi-même, soit, à défaut, en contribuant à la victoire de son camp. Dans les deux cas il ne peut s’agir que d’aller arracher à la droite – et à l’abstention – un nombre conséquent d’électeurs.

Camarade Mélenchon, taper sur les socialistes et leur candidat, ne peut en aucun cas t’apporter la victoire et, dans le même temps, cela ne peut qu’en priver François Hollande. Dans les deux cas la gauche est perdante et Nicolas Sarkozy sort une nouvelle fois vainqueur.

C’est que, vois-tu, tu auras beau dire et vilipender la thématique du vote utile, si en l’état actuel la présence de François Hollande au second tour n’est en effet pas menacée – pour l’instant ! – il n’en reste pas moins que la victoire à une élection présidentielle est aussi une histoire de dynamique électorale, que ce ne serait de toute évidence pas tout à fait la même histoire si au soir du premier tour François Hollande se situait proche des 30% et devant Sarkozy, plutôt qu’il sorte à moins de 25% et derrière.

C’est à chaque électeur de juger de l’utilité de son vote au premier tour, mais il ne serait pas forcément illégitime qu’il choisisse de glisser dans l’urne un bulletin qui favorise une dynamique électorale qui conduise François Hollande à éjecter Nicolas Sarkozy de la présidence de la République, plutôt qu’un autre qui ne contribuerait qu’à donner à Jean-Luc Mélenchon la satisfaction d’un score honorable – qui serait tout de même de peu d’utilité si cela s’accompagnait d’un nouveau mandat offert à Nicolas Sarkozy.

Je serai le premier à me réjouir si Jean-Luc Mélenchon parvenait à se retrouver devant Marine Le Pen à l’issue du premier tour. Ce n’est certainement pas sur le dos de François Hollande qu’il y parviendra. Pas en la jouant petits bras, mais en montant au front sans relâche pour convaincre les électeurs tentés par le vote Le Pen que c’est à gauche que leur révolte saura s’exprimer et s’épanouir, que c’est la gauche qui avance les vraies solutions à leurs problèmes, que l’ennemi ce n’est pas l’immigration mais ce capitalisme sauvagement libéral duquel s’est toujours très bien accommodée l’extrême-droite.

 

  • Le Grumph

    Sauf que les voix qu’on va chercher, ce sont celles des abstentionnistes en premier lieu. Et quand on sera assez nombreux, on vous piquera vos voix. Parce que vous n’avez plus de gauche qu’un nom usurpé par une histoire mainte fois trahie.Il va être temps de vous balayer en même temps que la droite et l’extrême-droite pour que, de nouveau, la gauche se mette vraiment au travail !

    • Pour l’instant, ta gauche, elle pèse 10%. Tu l’as noté, j’espère… Ton analyse de ce qu’est la gauche me semble particulièrement minoritaire.

      • Le Grumph

         Elle pèse plutôt 15% en réalité. Mais passons. Là où ça va faire mal, c’est quand vos 30% se détourneront d’un coup de vous pour nous suivre. Parce que c’est toujours comme ça que ça se passe. Toujours… Et les chiffres n’empêchent pas la vérité de votre histoire.

        • Quand cela s’est passé comme ça ? Tu as un exemple ?

  • ElleElle18

    C’est culottée ca comme analyse. Le 1er adversaire du Front de Gauche c’est le FN. Le FdG ne cesse de lui taper dessus depuis le début de ces élections ! Au contraire du PS, qui lui tape sur Sarko (et c’est bien aussi).
    Après, je ne comprends pas pourquoi si JLM passe au 1er tour, il ne pourra pas rassembler autant…OK les voix du MODEM ne lui seront pas offertes…mais celles des electeurs frontistes par réaction, cad, de ceux qui en 2002 avait voté FN parce qu’il en avait ras le bol de cette politique qui les oubliait. C’est bien ces gens là que le FdG tente de récupérer à gauche. Car la gauche les avait elle aussi largement délaissée.
    Ok pour cesser de taper sur Hollande, encore que lorsqu’il dit des conneries, c’est encore normal de rectifier. 
    Et une derniere chose, le FdG n’a pas besoin des voix du Ps pour gagner, car il ne gagnera pas, a priori, le 1er tour, en revanche, le PS a besoin des voix du FdG pour gagner cette election. Alors a vous de respecter un peu plus votre consigne de rassemblement. A commencer par reconnaitre que la gauche c est aussi des communistes, des electeurs bien plus ancrés à gauche que M. Hollande…

    • J’ai un profond respect pour le rassemblement de la gauche. D’où ce billet parce qu’il ne s’agit pas de savoir qui a besoin de qui à gauche, mais de savoir que les Français ont besoin de la gauche, ont besoin de sa victoire, c’est-à-dire de leur victoire.

      De même, j’ai un profond respect pour toute la gauche et pour tous à gauche. Les communistes ne sont pas plus ancrés à gauche, ils sont ancrés ailleurs à gauche, ailleurs que là où sont ancrés les socialistes, ou les Verts.

      Etre de gauche ça n’est pas être mieux de gauche si l’on est plus de gauche. D’ailleurs on trouve toujours plus à gauche que soit.

      Enfin, je maintiens que Mélenchon au second tour serait battu par Sarkozy. Non seulement la majorité des électeurs de Bayrou préfèreraient encore le second au premier, mais même chose pour ceux du FN. La France est suffisamment de droite pour que même la gauche façon Hollande fasse peur, provoque le rejet – au point que même après 5 ans de Sarkozy, il ne l’emporterait que de quelques points. Alors Mélenchon…

      • ElleElle18

        Battu au 2ns tour, avec les voix du PS? celles de certains abstentionnistes? celles de certains du FN (celles décrites dans ma réponse) ? Pas certaine qd meme…ca mériterait un autre calcul.
        Quelque ce soit ces stratégies, je voterai à gauche, pour le FdG au 1er tour, mais j’insiste sur le fait que j’irai volontier voter pour Hollande au 2nd s’il passe, et je serais très heureuse de le voir écraser Sarko.

        • Je n’ai aucun problème avec ça, c’est tout à fait respectable. Il ne faut cependant pas perdre de vue, avant de faire son choix, qu’une élection présidentielle permet d’élire un président de la République, que cette élection se joue également au 1er tour, qu’il ne s’agit pas seulement à ce 1er tour de voter pour dire « moi j’aurais aimé que ça soit lui », le 1er tour créant une dynamique pour le second… 

          • ElleElle18

            Justement, j aimerais que JLM soit président, bien plus qu’Hollande. Mais dans l’idée des sondages, et respectant ma volonté de faire gagner la gauche, je voterai pour le mieux placé au 2nd tour.

  • Anne-marie Kleckner

    Je suis dubitative sur votre billet, trop facile de « taper » sur Monsieur Mélenchon, eh! oui se souvenir de 2007, pourquoi Monsieur Hollande n’a pas mis le turbo avec TOUS LES SOCIALISTES pour Veritablement  soutenir Madame Royale au premier et surtout au 2eme tour, je ne sais pas ce qui se passera le 22 avril, mais pour moi ce sera Monsieur Mélechon au 1er tour, en tout cas il reste encore 39 jours et PERSONNE à ce jour ne peut dire  ce qu’il en sera. Enfin la campagne commence, mais marre de ne voir que Hollande/Szarkozy ou Szarkozy/Hollande et qu’on occulte Mélenchon……..qui pour moi est la « vraie » gauche. J’ai donné depuis 1981……WAIT AND SEE

    • Encore et toujours « la VRAIE gauche »… Pourquoi ne pas dire « Ma gauche » ou « la gauche que je préfère » ? Ce serait moins arrogant, moins méprisant pour ceux qui ont une autre opinion de ce qu’est la gauche – et qui aujourd’hui sont majoritaires à gauche, soit-dit en passant.

      Et en 2007, celui qui a tapé le plus fort sur Royal, c’est Mélenchon. Souvenez-vous…

  • Supprimer merci
    Vive la gauche.

  • Garcon

    Je rejoins les deux commentaires precedents, le FdG pompe des votes surtout aux extremes, aux ecolos par leur non presence et le fait que Meluche ai mis ce sujet bien plus au centre de son discours que ne le fait hollande et vise les abstentionnistes. ET je ne penses pas que l’opinion voit Melenchon comme le gars qui tape sur Hollande, le travail de l’UMP est clairement la raison du tassement des intentions de vote.Globalement les discours de melenchon sont critiques du PS mais il insiste sur le PS comme etant un concurrent et non un adversaire.Enfin il me semble que Melenchon pourrait sans aucun probleme gagner un second tour, car avec un soutien de hollande il se verrait oblige de faire des concessions a sa reserve de voix a sa droite.La vraie question est bien plus simple. Pourkoi Hollande a l’air d’etre chahute? il a perdu la main strategiquement pour marquer l’agenda electorale face a SarkozySi Hollande arrive au 1er tour a 25 % et sarko a 30% l’echec de hollande n’aura pas ete de conserver son avance mais de ne pas avoir su asphixier Sarkozy.

    • L’échec de Hollande serait notre échec à tous.

      Je suis d’accord pour dire que les 10% de Mélenchon sont pris sur EELV et le NPA qui ont disparu de la campagne, et un peu au début sur Le Pen. Plus maintenant. Or il y a encore beaucoup à prendre à cet endroit, le FN est encore bien trop haut et le FdG bien trop bas – 10% ce n’est tout de même pas très glorieus, même si c’est mieux que 8…

      Et je suis d’accord aussi pour dire qu’il y a encore beaucoup à prendre sur Sarkozy, et notamment par Hollande qui en effet patine un peu en ce moment et qui doit reprendre l’offensive sur son projet.

      Le fait est que Mélenchon comme Hollande doivent prendre garde à la machine médiatique. Pour Hollande, il s’agit de tenir compte que les médias adorent rebondir sur chaque nouvelle proposition en forme de coup politique de Sarkozy, alors que Hollande qui a un projet cohérent a déjà tout mis sur la table – et c’est bien la moindre des choses quand on se présente devant les Français. Pour Mélenchon, il s’agit de tenir compte que les médias attendent avec gourmandise chaque occasion de pointer les déchirements de la gauche.

      Chacun est devant ses responsabilités.

  • papayou

    C’est fatigant cette fixette sur le vote utile au 1er tour.
    Si vous parliez un peu des idées, du  programme, bref , de choses qui pourraient vraiment donner envie de voter pour le PS au 1er tour?

    • On en parle aussi. Les idées sont de gauche et le programme est sur la table.

      Quant au vote utile, je n’en aborde un aspect qu’à la toute fin de ce billet – et je précise que c’est un élément de réflexion et que chacun fait ensuite comme il l’entend.

      J’ai surtout le sentiment que vous faites une fixette sur ce point parce que le reste du billet vous met légèrement mal à l’aise.

  • Ded

    C’est vraiment le style de raisonnement à court terme.
    Une idée ça s’installe doucement dans l’esprit de la population avant de pouvoir être prise complètement en compte par toute la France.
    Eh puis comme disais Brassens : votons d’abord pour des idées (plutôt que pour des individus.
    Idem pour l’élection par tirage au sort :
    http://www.dailymotion.com/video/xiyzhh_etienne-chouard-conference-le-tirage-au-sort-comme-bombe-politiquement-durable-contre-l-oligarchie_news

    • A court terme, Sarkozy sera élu ou battu…

  • Hubrony

    La douce musique du vote utile, encore une fois, au détriment des convictions et donc de l’estime de soi…

    • Voire ci-dessous ma réponse au commentaire de papayou… Ou bien relisez le billet ! (le vote utile n’est pas le sujet et quand je l’aborde, à la toute fin, c’est pour dire que c’est un élément de décision pour l’électeur, pas le seul, et qu’il décide en conscience…)

  • shaher2

    Bon allez, au turbin. A ces heures-ci, t’es gonflé de me faire çà, mais je pourrai pas dormir sans répondre.

    L’idée globale, c’est que Mélenchon serait bien avisé d’arrêter de piquer des voix à Hollande. Tu sembles estimer qu’il ne prend plus suffisamment à l’abstention et aux dégoûtés du système, et on pourrait croire que tu sous-entends qu’il ne s’en donne plus les moyens. Tout çà sur la base d’une hypothèse initiale : Mélenchon ne passera pas le 2nd tour.

    *******
    Il convient de revenir sur cette dernière hypothèse : elle s’appuie sur une lecture d’un électorat figé, et (quelle idée maso/enthousiasmante !) foncièrement de droite. Bon. Crois-tu alors qu’ils iront plus sûrement vers Hollande, que d’aucuns leur désigneront en féroce bolchevik (et vicieux pour justifier qu’il ne le semble pas) quoi qu’il dise ?
    Tu dis toi-même que la dynamique est primordiale. Tu la défends pour reprendre la nouvelle lubie de la cellule PS : arriver en tête au premier tour, condition non suffisante (démontrable par contre-exemple : Mitterrand 81, Chirac 95) et largement supplantée par la dynamique « de fond », offensive, enthousiaste. Cette dernière, on pourrait nous la reconnaître pour chacune des démonstrations de force qu’on parvient à faire ! Et quelle serait-elle (nom de dieu !) si la machine de guerre PS roulait avec !

    Partons donc de cette dynamique naissante, que le PS, dans son grand sens de l’union constructive, s’attache à soutenir en geignant au vote utile. C’est par ce moyen, figure-toi, qu’on compte encore grossir du côté des abstentionnistes, et affaiblir le FN.
    Et si elle entraîne avec quelques sympathisants PS (dont une sacré partie préfère objectivement le programme FdG), qui s’en plaindrait ? Et qui en est responsable ? Mélenchon la mouche aux petits bras, ou Hollande ? Ne sont-ils pas des adultes dotés de raison et justifiant leur choix sur celle-ci ? Ne méritent-ils pas mieux que l’injonction morale du vote utile – que je ne saurais te reprocher personnellement, tu en prends tes distances dans une de tes réponses – ?

    Tu te plains des piques de Mélenchon contre Hollande. Ne sont-elles pas justifiées et mesurées ? Elles ne me paraissent pas, à moi, porter sur des considérations abstraites de « vraie » ou « fausse » gauche, mais sur des éléments concrets de programme ou de propositions. De même que celles contre Sarkozy et le Pen, d’autant plus féroces que leur médiocrité est plus grande.

    En conclusion : l’hypothèse de base, si elle tient, est aussi rédhibitoire pour Hollande que pour Mélenchon. Je pense qu’elle ne tient pas, et que seule une dynamique offensive peut renverser la donne. Je me permets aussi de douter des sondages, m’appuyant sur la réflexion de Filoche et Chavigné (Gauche Socialiste, très « disciplinés ») : http://www.filoche.net/2012/01/22/danger-sondages-commentes-par-dassault-pinault-arnaud-bouygues-lagardere-rothschild/
    Je conteste qu’on ne se donne pas les moyens de la conquête : l’outil est la mobilisation, la critique raisonnée et l’amplification de la ferveur populaire par la résurrection de la conscience de classe. Que certains passent le pas au PS est un « dégât collatéral » que l’on ne saurait reprocher qu’au constat que le PS ne fait pas ce boulot, alors que nous l’y invitons (maladroitement peut-être) sans cesse.
    *******

    Passons à la critique du PS. Lorsque nos positions s’imposent au centre des débats (75% chez Hollande, fiscalité différentielle chez Sarko, nationalisations chez Borloo, …), plutôt que d’en faire des victoires idéologiques qui humilient et divisent l’adversaire, en présentant un front commun et offensif, le FdG se retrouve seul à se féliciter sur le disque « Bienvenu, mon cher, vous validez donc notre intuition et nos moyens. Comprenez votre improvisation, cependant, approfondissez ! ».
    Le PS a préféré lancer sa campagne fratricide du vote utile, au prétexte d’un sondage commandé par la droite, et a laissé passer le coche alors que la droite se fissurait sur la fiscalité des expat avant d’enterrer le sujet. C’est pourtant notre stratégie qui est la bonne : amener l’adversaire sur nos terres, et cliver son camp en le forçant à y rester, à la manière de la campagne de Sarkozy en 2007.
    Voilà le grand tord du PS, à mon sens. Faire une campagne de gestionnaire. D’être sur la défensive (sinon sur l’anti-Sarkozisme) pour ne pas effrayer le bourgeois, alors que Sarkozy n’a pas le moindre programme construit, s’aventure chez nous pour nous courir après et s’y casse les dents pour peu qu’on l’y retienne. De tenter d’étouffer le réveil enthousiaste de la gauche, non parce qu’il ne le serait pas lui-même, mais parce qu’il ne veut pas, stratégiquement, s’aventurer à le suivre et faire fuir le centriste qu’il suppose faiseur de roi.
    Quant j’ai lu ton post, j’ai cru comprendre que tu souhaitais donc qu’on fasse le boulot à votre place (parce qu’on aurait bien besoin de vous, nom de dieu !), mais sans vous chatouiller. Nous on tient la tranchée, et on a les armes (programmatiques). Vous, vous avez le nombre. Ne nous demandez pas de vous rejoindre sans les armes, alors qu’on vous les propose. Viendez avec votre étiquette et tout votre éventuel mépris, mais venez faire le boulot avec nous, contre la le Pen, pour piéger la droite, pour convaincre les abstentionnistes et pour construire une vraie putain de dynamique.

    Sinon, comme c’est le cas jusque là, qu’est-ce que tu veux que je te dises… On va solliciter le soutien des sympathisants socialistes pour faire le boulot malgré vous. Tu vois une autre solution ?

    • Bon, d’abord tu devrais ouvrir un blog – car si je peux me permettre un reproche tout à fait amical, tout ceci, bien qu’intéressant, est bien trop long pour un commentaire.

      Donc pour faire court :

      – je ne suis pas certain que lorsque Mélenchon parle du projet de Hollande comme d' »une espèce de tambouille » cela soit une critique sur le fond, juste une volonté de nuire ;

      – personne – ni moi dans ce billet, ni Hollande (hier soir par exemple dans dpda) n’appelle au vote utile : est avancée l’idée que plus on est haut au premier tour, plus les chances de l’emporter au second sont grandes, parce que une dynamique se trouve alors enclenchée, est demandé aux électeurs de faire leur choix en conscience mais éclairés également par cette réalité pas tout à fait anodine ;

      – je considère qu’un candidat de gauche est bienvenu de faire campagne sur son projet et contre la droite et l’extrême-droite ;

      – la présence de Mélenchon au second tour relève – du moins pour cette fois – du pur fantasme, ceci dit sans mépris : c’est un fait politique ;

      – un autre fait est que même s’il y parvenait, il serait dans l’incapacité de battre Sarkozy ;

      – c’est qu’une modification si importante des rapports de force entre les différentes formation politique ne se fait pas le temps d’une campagne, ça prend des années – vous n’en êtes pas là ;

      – nos armes me semblent plus affûtés que les vôtres, je ne vois pas bien au nom de quoi je délaisserai les unes pour les autres – et si nous avons l’avantage du nombre, comme tu le soulignes, c’est bien pour cela, parce que plus nombreux sont qui trouvent le projet socialiste plus puissant que le projet du Front de Gauche ;

      – le fait est encore que a minima nous sommes deux fois plus haut que vous dans les intentions de vote des Français (comment feindre d’ignorer cette réalité des rapports de force dans la perspective de cette élection présidentielle tout en vous gargarisant par ailleurs d’avoir gagné un demi point dans les sondages ?) ;

      – votre responsabilité sera tôt ou tard de prendre en compte ces réalités, de les affronter et d’en tirer les conséquences dans la perspective d’une victoire de la gauche. Le plus tôt sera le mieux.

      • shaher2

        « personne – ni moi dans ce billet, ni Hollande (hier soir par exemple dans dpda) n’appelle au vote utile »
        http://tempsreel.nouvelobs.com/le-coup-de-sang-de-serge-raffy/20120316.OBS3929/melenchon-piege-a-c.html et autres m’avaient fait un temps penser le contraire. Je me trompais donc. Mais ton titre ne convaincra guère d’abstentionnistes/centristes/électeurs UMP-FN de mettre Hollande en tête du 1er round, et pêche par le tord que tu nous reproches : faire campagne au détriment d’un partenaire.

        « nos armes me semblent plus affûtés que les vôtres »
        Cà justifie sans doute votre avance sur nous, mais la dynamique est incontestablement de notre côté. Les nôtres ne sont peut-être pas à négliger. Au hasard, la Constituante, puisque c’est d’actualité^^

        « votre responsabilité sera tôt ou tard de prendre en compte ces réalités »
        Pour nous c’est clair. On joue notre affaire le 1er tour, histoire de mettre un peu d’émulation et d’enthousiasme à Gauche et jouer la gagne quoi que t’en dises. Et quel que soit le candidat de Gauche au 2nd, on viendra abattre Sarko avec autre chose que de la peur au ventre. C’est Hollande qui va devoir s’interroger sur sa responsabilité, en posant un ralliement sans condition. Je crois pas qu’il va tenir ce langage bien longtemps après la Bastille.

        Et d’abord, je me flagelles pour mon odieux pourrissage de blog:-(

  • blobette

    Dedalus, j’ai du de respect pour toi (notamment parce que tu es respectueux et plutôt constructif dans tes réponses aux commentaires). Je suis souvent d’accord avec toi même si nos bulletins de vote ne seront pas les mêmes (en tout cas au premier tour).
    Mais là, comme Hollande d’ailleurs, tu tires une balle dans le pied du PS. C’est vous qui êtes en train de construire la défaite avec vos histoires de « dynamique du premier tour ».

    Je résume : Alors que la campagne officielle n’a même pas commencé et après avoir survolé dans les sondages pendant des mois, 2 ou 3 sondages montrent un resserrement/pseudo-croisement au premier tour (à nettement
    relativiser au vu de la marge d’erreur) et toujours un large écart au 2ème tour. Au lieu de continuer à relativiser (c’est peu surprenant compte de la récente énorme exposition médiatique de Sarkozy) voilà qu’on est en train de nous expliquer que pour gagner le 2ème tour, il faut être le plus haut possible au premier tour. Que s’il n’y a pas de « dynamique de premier tour » suffisante, Sarkozy risque de remettre le couvert pour notre malheur à tous…

    Bon sang, on est à 1 mois du premier tour ! 3 sondages ! Après 1 semaine du véritable lancement de la campagne de Sarkozy cad 1 semaine de pilonnage médiatique maximum !

    Avec ce blabla de « faut créer la dynamique du premier tour mais c’est pas vraiment un appel au vote utile mais juste à la réflexion » vous êtes juste en train de faire rentrer dans les têtes que si le machin est devant au premier tour (ce qui est tout à fait probable) on est sûr qu’il va gagner (et que donc ce n’est donc pas la peine de se déplacer)

    C’est vous qui êtes en train de sacraliser ce nécessaire score élevé du premier tour, comme Sarkozy a pu le faire avec le « trésor du triple A ». Il ne faudra donc pas s’étonner si le boomerang vous revient dans la gueule et ne pas le reprocher à ceux qui ont envie de voter pour le programme qui leur paraît le plus proche de leurs aspirations et pas en fonction des sondages….

    Au lieu de demander à Melenchon ou aux électeurs potentiels du Front de Gauche de bien réfléchir à ce qu’ils font, et de vous énervez quand certains parlent de la « vraie gauche » au sujet du FG, posez-vous des questions….

    Par exemple :

    – pourquoi de plus en plus de personnes se considérant de gauche ne se reconnaissent pas dans le PS même s’ils voteront pour Hollande ?

    – pourquoi, avec une exposition médiatique et des moyens très restreints par rapport au PS, les meetings du FG attirent autant de gens ?

    – pourquoi on dit souvent « je vais voter FG » mais « je vais voter Hollande » ?

    – pourquoi nombreux sont ceux qui ne votent pas « pour Hollande » mais « contre Sarkozy » ?

    – pourquoi nombreux sont ceux qui sont voteront FG au premier tour même si cela implique forcément 5 ans de plus de Sarkozy et même s’ils ont la gerbe rien de penser à cette catastrophe (à l’heure actuelle, je suis d’accord avec toi, au sujet d’un 2ème tour Melenchon/Sarkozy) ?

    etc…

    Lorsque Melenchon te donne l’impression de « taper sur Hollande » (même s’il interdit de le siffler dans les meetings et s’est officiellement réjoui des pas qui vont selon lui dans le bon sens) , il ne fait que dire à haute voix ce que pensent la majorité des gens qui comptent voter pour le Front de Gauche. Il peut arrêter de le dire, cela ne nous empêchera pas continuer à le penser si rien ne change…

    Donc oui, même en étant ultra-informée (par rapport à la moyenne des Français), je pense que ce propose le PS n’est pas (entre autres) assez de gauche et qu’à force de vouloir ménager la chèvre et le chou c’est franchement brouillon.

    Au lieu de scruter les potentielles dynamiques de premier tour dans les sondages, vous devriez vous pencher sur ce qui fait la dynamique du FG. Dynamique qui, j’en suis convaincue, persistera, à travers le FG ou pas et ce,  quelques
    soient les résultats finaux de l’élection…

    • Ha mais c’est fou ça, vous savez pas faire court au FdG ? 🙂

      Tu as raison sur un point. Evoquer la dynamique d’une élection à deux tours – et c’est une réalité – est une pièce qui a deux faces et l’une pourrait s’avérer défavorable. Mais voilà, c’est une réalité.

      Pour le reste, je vais me contenter de dire que je pense, et ce depuis toujours, que la gauche a besoin de ses deux jambes : celle qui a vocation à gagner les élections et donc ne peut pas mettre tout sur la table (parce que la France est et reste un pays très conservateur) et celle qui agit comme un aiguillon sur l’autre (pour faire court).

      Nous sommes tous la gauche – nous n’existerions pas les uns sans les autres, en tant que force politique qui compte et qui peut agir – et nous avons chacun la responsabilité que ces deux jambes nous permettent de continuer d’avancer, d’éviter ne faire mutuellement des crocs-en-jambe.

      C’était le sens de mon billet.

      • blobette

        J’ai longtemps pensé comme toi mais je pense qu’il est désormais temps d’accélérer le pas et je ne désespère pas qu’on se mette à courir ensemble un jour 😉 (bon ok je sors c’était facile)

        Je n’ai pas spécialement l’impression que le FG fait des crocs-en-jambe au PS comme je l’ai déjà expliqué précédemment.  Voilà en tout cas de quoi en faire un beau à Copé la prochaine fois qu’il dira à hollande qu’il change sans arrêt d’avis :
         http://www.dailymotion.com/video/xpgjfw_exclusif-le-sarkopipo-demasque_news

        NB : j’ai essayé de faire court mais je ne te garantis pas que ce que sera toujours le cas 😉

        • Court ou long, tu est la bienvenue ici 🙂

  • cliqzy

    Je voterai sans hésitation Mélanchon au premier tour. Hollande n’a qu’un discours d’accompagnement du système,la situation de la France exige des décisions radicales. Je souhaite que Mélanchon soit devant au premier tour.
    Evidemment si tel n’était pas le cas je voterai Hollande au deuxième…

    • C’est un choix respectable. Espérons simplement qu’il ne conduise pas à une réélection de Sarkozy. C’est respectable aussi de tenir compte d’une telle éventualité.