Avr 112012
 

Ce matin, Nicolas Sarkozy était l’invité de France Info. Il en ressort deux choses.

Afin de défendre son bilan, Nicolas Sarkozy compare la situation de la France à celles de la Grèce et de l’Espagne. C’est dire si nous sommes tombés bas après dix ans de droite et cinq de Sarkozy. C’est dire combien Sarkozy a affaibli la France.

Quant à son projet, Nicolas Sarkozy a promis qu’il n’augmenterait pas les impôts : « Nous n’aurons pas besoin d’augmenter les impôts, nous avons déjà fait le nécessaire », a-t-il argumenté. Mais Nicolas Sarkozy avait promis en 2007 de ne pas augmenter les impôts.

Dit autrement, Nicolas Sarkozy promet en 2012 de ne pas augmenter les impôts, et pour justifier cette promesse il dit les avoir déjà augmentés, ce qu’il avait promis de ne pas faire en 2007.

Je crois que la messe est dite. 

 

  • BA

    Mercredi 11 avril 2012 :

     

    Les défaillances de PME s’envolent au premier trimestre.

     

    La conjoncture se précise pour 2012 et elle n’est pas reluisante. Même
    sans récession au sein de l’Hexagone, les petites et moyennes entreprises (PME)
    de plus de 50 employés traversent cette période avec la plus grande des
    difficultés. Les défaillances d’entreprises enregistrées en France au premier
    trimestre sont en légère hausse par rapport à la même période de 2011, et
    restent pour la quatrième année consécutive au-dessus du seuil de 16.000, a
    indiqué la société Altares dans un communiqué, relayé par Les Echos de ce
    mercredi.

     

    Le nombre de défaillances s’élève à 16.206 jugements de redressement ou
    liquidation judiciaire directe, 3.500 de plus qu’avant la crise début 2008.

     

    « Les PME de 50 salariés et plus sont, comme au quatrième trimestre
    2011, très exposées » (+27 % sur an, par rapport au 1er trimestre 2011), note
    la société de services aux entreprises. A noter toutefois que neuf PME
    défaillantes sur dix sont des micro-entreprises (moins de dix salariés). De
    quoi s’imaginer le nombre de PME toutes tailles confondues défaillantes en
    France.

     

    http://www.20minutes.fr/economie/914737-defaillances-pme-envolent-1er-trimestre

  • BA

    Samedi 14 avril 2012 :

     

    Sur son blog, Paul Jorion écrit :

     

    L’ÉCLATEMENT DE LA ZONE EURO : L’INSTANTANÉ.

     

    Ce que vous voyez sur ce graphique produit par l’agence de presse
    Bloomberg, c’est l’éclatement de la zone euro. Sous la ligne horizontale, on
    voit les sommes qui quittent de mois en mois différents pays tandis
    qu’au-dessus de la ligne horizontale, on retrouve les mêmes sommes ventilées
    par pays où ces sommes aboutissent.

     

    Les gagnants :  1. Allemagne, 2.
    Pays-Bas, 3. Luxembourg.

     

    Les perdants (les plus tristes en premier) : 1. Italie, 2. Espagne, 3.
    Irlande, 4. Grèce, 5. Portugal, 6. Belgique.

     

    Le graphique a été produit par la rédaction de Bloomberg à partir des
    données fournies par les banques centrales des différents pays de la zone euro.
    Un pays dont l’argent sort, en signale les montants. De même pour un pays qui
    le reçoit, la réglementation intérieure de la zone euro obligeant le pays
    receveur de prêter le même montant au pays donneur.

     

    Si des sommes quittent un pays, c’est bien sûr que leurs habitants
    (riches) craignent de se retrouver du jour au lendemain en possession de lires,
    pesetas, punts ou Irish pounds, drachmes, escudos, francs belges, dévalués.

     

    Pour donner un ordre de grandeur, en mars, par exemple, 65 milliards
    d’euros ont quitté l’Espagne.

     

    N.B. : La Suisse n’étant pas dans la zone euro, les mouvements de
    capitaux vers la Suisse n’apparaissent pas sur le graphique.

     

    http://www.pauljorion.com/blog/?p=35925