Mar 292012
 

Ils sont mignons au Figaro. Ils ont mis en place un sondage en ligne avec une question toute simple : François Hollande va-t-il perdre la présidentielle ?
Et… Oh surprise ! le résultat est que OUI à 75%, ce dont on peut déduire que les lecteurs du Figaro sont de droite.
Au cas sûrement où quelqu’un en aurait douté.

Je me demande si mes lecteurs à moi – oui, vous êtes à moi ! – sont eux plus eclectiques.
Faisons l’expérience, et même multiplions-là – et pour ceux d’entre vous qui seraient très indécis, je vous livre quelques indices très pertinents en fin de billet :

François Hollande va-t-il perdre la présidentielle ?

  • Oui (24%, 54 Votes)
  • Non (76%, 167 Votes)

Nombre de votes exprimés : 221

Loading ... Loading ...

 

Nicolas Sarkozy va-t-il perdre la présidentielle ?

  • Non (15%, 30 Votes)
  • Oui (85%, 169 Votes)

Nombre de votes exprimés : 199

Loading ... Loading ...

 

Et puis, puisqu’il faut les bichonner en ce moment – ils sont un peu cran, semble-t-il. Faut dire que ce n’est pas facile tout à coup de comprendre, après avoir vu son chouchou réaliser l’exploit de devenir le troisième homme, que cela ne suffira pas, qu’il restera loin derrière, qu’il ne sera pas au second tour, lequel se jouera entre François Hollande et Nicolas Sarkozy, et qu’en plus ce n’est pas plus mal tant à l’évidence un duel Mélenchon Sarkozy tournerait à l’avantage du second et que c’est justement ce dont nous ne voulons plus. Bref, bichonnons :

Jean-Luc Mélenchon va-t-il perdre la présidentielle ?

  • Non (24%, 40 Votes)
  • Oui (76%, 130 Votes)

Nombre de votes exprimés : 170

Loading ... Loading ...

 

Indice : en prenant les derniers résultats des huit instituts de sondages qui sévissent en France, et en faisant la moyenne, nous avons une très nette cristallisation des intentions de vote qui se fait de la manière suivante :

  • au premier tour, Nicolas Sarkozy et François Hollande sont tous les deux à 28%, avec Nicolas Sarkozy très légèrement devant ; Marine Le Pen est à 15%, talonné par Jean-Luc Mélenchon à 14% ; et François Bayrou est dans les choux ;
  • au second tour, François Hollande l’emporte sur Nicolas Sarkozy avec 54% contre 46%, soit huit points d’avance ;
  • en un mois, l’ensemble de ces instituts a convergé vers ces valeurs, aucun ne s’en écartant de plus de 1 point – du moins pour ce qui concerne Hollande et Sarkozy – que ce soit au premier ou au second tour. Dit autrement, pour une cristallisation, c’est une sacré cristallisation !
  • BA

    Samedi 7 avril 2012 :

    L’Assemblée nationale n’a pas pu prêter 3 millions de francs en 1997 à Nicolas Sarkozy pour l’acquisition d’un spacieux duplex sur l’île de la Jatte à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), comme l’a encore tacitement confirmé le candidat-président jeudi lors de la présentation de son programme de candidat à la présidentielle. 

    Interrogé par Mediapart.fr qui enquête depuis mars sur le financement de cet appartement revendu depuis, Bernard Accoyer, le président UMP du palais Bourbon, a assuré que les plafonds des prêts immobiliers accordés aux députés ont toujours été beaucoup plus bas. 

    Le montant maximum des prêts accordés à chaque député «s’élevait en dernier lieu à 288 147 euros, éventuellement majoré de compléments familiaux», indique l’élu de Haute-Savoie par courriel. «Transposée en 1997, cette règle signifie en clair que les prêts ne pouvaient pas dépasser 1,2 million de francs», en déduit le site d’information en ligne, qui ajoute qu’il existait des «compléments familiaux» qui dans le cas de Nicolas Sarkozy «ont pu atteindre 500 000 francs maximum».

    En 2007, Nicolas Sarkozy avait détaillé l’achat de ce 7 pièces, avec jardin privatif sur la Seine, à «l’Express»  : les 5 400 000 francs de l’appartement avaient été financés avec 270 000 francs en dépôt de garantie, 1,6 million de francs empruntés à la Société générale, et plus de 3 millions de francs auprès de l’Assemblée nationale. 

    En revoyant le prêt du palais Bourbon à la baisse, «c’est un trou de quasiment 2 millions de francs qu’il reste à combler pour atteindre la valeur de l’appartement indiquée sur l’acte de vente», note Mediapart, d’autant que Bernard Accoyer «mentionne un prêt unique», ce que «des sources à la questure» ont confirmé. Dans ce cas, reste à savoir d’où ces deux millions proviennent. 

    La candidate écologiste Eva Joly avait soulevé le 30 mars la question du financement de l’appartement : «Voulons-nous réellement donner un deuxième mandat à un homme qui a donné des explications fausses sur son patrimoine en 2007, qui n’explique pas comment il a acquis son appartement de l’île de la Jatte ?», s’était interrogée l’ancienne juge d’instruction.

    http://www.leparisien.fr/politique/ancien-duplex-de-sarkozy-mediapart-souleve-des-zones-d-ombre-07-04-2012-1944278.php