Sep 112008
 

Olympe de GougesJe viens de lire un article étrange, intitulé Pourquoi si peu de femmes dans la blogosphère ?

La première chose qui m’a intrigué est que l’auteur, qui en l’occurrence est une auteur, et pas une « auteure » et encore moins une « auteuse » !, débute ainsi :

Un blogueur sur deux serait une femme.
Ce n’est pas l’impression que donnent les classements des blogs influents.

D’abord, moi j’aurais écrit : Un blogueur sur deux serait une blogueuse. Ça me semble plus équilibré comme formulation, moins conforme à un machisme millénaire et que révèle cruellement la langue française. Mais bon je ne suis pas une femme, je ne vais pas chipoter…

Non, ce qui m’a intrigué en premier lieu est que, si un blog sur deux est tenu par une femme, pourquoi titrer sur l’absence de femmes dans la blogosphère ?

Aussi, supposant qu’il y avait là une charmante subtilité qui m’avait échappée, ai-je porté une attention plus soutenue aux développements de l’article – parce qu’au début je lisais ça d’un oeil distrait comme je le fais toujours pour les trucs de filles écrits pour les filles (j’ai toujours préféré Henry James à Edith Wharton).

J’ai alors compris que le problème qui était discuté n’était pas tant le manque de filles dans la blogosphère, ni même le fait qu’elles seraient moins lues, que le fait qu’elles n’apparaissent pas, ou si peu, dans le classement Wikio… dont tout le monde sait par ailleurs qu’il ne signifie pas grand-chose puisqu’il repose en réalité essentiellement sur la capacité des blogs classés à faire du copinage par un échange réciproque et soutenu, souvent abusif, de liens.

On pourrait en déduire que l’absence des blogs de filles dans ledit classement n’a aucune importance, puisque le classement wikio ne signifie pas grand-chose, et en particulier ne donne que peu d’indications sur une supposée influence, concept éminemment pompeux et flou. Trouver là aussi, peut-être, une preuve supplémentaire que le concept de bande de potes est assez spécifiquement un mode de fonctionnement masculin – les filles préférant se crêper le chignon en poussant des petits cris. Voire, et à la limite, on pourrait parier sur une sur-représentation de la communauté gay dans le classement wikio, mais alors il faudrait procéder à un comptage hasardeux que la déontologie et la jurisprudence Edvige ne nous autorise pas à faire…

Pourtant, tel n’est pas le propos de l’article, lequel préfère pérorer autour d’une théorie fumeuse auquel je n’ai pas compris grand chose (mais ma mère était blonde) selon laquelle tout petits déjà les garçons courent après des ballons… Je vous explique : l’idée est que si vous lancez un ballon en l’air dans une cour d’école, tous les garçons se précipiteront pour l’attraper tandis que les filles s’en désintéresseront comme de leur première petite culotte et préféreront continuer à parler chiffons ou tricot. Expérience dont il faudrait donc conclure, selon l’auteur de l’article et par ailleurs blogueuse féministe influente, que c’est la raison pour laquelle les filles ne jouent pas autant que les garçons à être wikio-influentes…

Oui, moi non plus je n’ai pas compris (ma mère, je vous dis !)… Et si par exemple on remplace le ballon tout gris tout moche, disons par une robe de princesse avec des strass, un flacon de parfum ou un tube de rouge à lèvres ?

Tenez, et si c’était un truc qui brille qu’on jetait au milieu de la cour de l’école, que croyez-vous qu’il arriverait ?

« Les femmes n’aiment pas les mêlées » nous expliquent la blogueuse, auteur talentueuse de l’article, laquelle se trouve par ailleurs dotée d’un extraordinaire sens de l’humour (je sais, je me raccroche aux branches) : n’a-t-elle donc jamais été présente à un mariage au moment crucial et attendu de toutes où la mariée heureuse lance au beau milieu d’une foule hystérique de célibataires son petit bouquet fleuri ?

Et l’arrivée des Beatles à l’aéroport de Londres après leur séjour en Amérique, ça vaut pas un bon vieux match de foot au stade du Heysel ?

 

 

A moins que n’y soit pour quelque chose le fait que 25% des requêtes mondiales sur internet soit lié au sexe ? Le mot-clé « filles nues », par exemple, intéressera vraisemblablement davantage les garçons et les orientera tout aussi vraisemblablement davantage vers des blogs de garçons, lesquels ne rechignent pas à l’occasion à jouer de l’effet d’aubaine, parait-il.

 

 


Source : Blogs de filles (nues)
  • dedalus – 19/09/2008

    C’est-à-dire que vous pourriez vous me taxer de misogyne, mais moi je devrais m’abstenir de dire que vous me paraissez un peu à cran sur la question ?

  • Bruno Franco – 18/09/2008

    Dire les choses sans se faire taxer d’énervé…

  • dedalus – 18/09/2008

    Il me semble que vous pouvez. 
     
    Non ?

  • Bruno Franco – 18/09/2008

    Il ne s’agit pas de préjugés ? Ben non, voyons…  
     
    Merci pour l’injonction « Détendez-vous »… Mais on doit aussi pouvoir aussi dire les choses, n’est-ce-pas ?

  • dedalus – 18/09/2008

    @Bruno Franco 
     
    rassurez-vous, quand j’ai un message à faire passer, je ne donne pas dans la suggestion. 
     
    ce que j’écris peut ne pas vous faire sourire, je l’entends sans problème. n’en déduisez cependant pas trop vite qu’il s’agit de préjugés… et détendez-vous.

  • Bruno Franco – 18/09/2008

    @dedalus 
     
    Je préfère aussi Henry James.  
     
    Mais que certains puissent se servir de l’humour pour faire passer un message misogyne, c’est une chose à faire remarquer.  
     
    Il n’est d’ailleurs pas étonnant que vous ayez réagi de cette façon à mon avis : vos commentaires précédents, énonçant des généralités dépréciatives sur les femmes, sont édifiants.  
     
    On fait passer beaucoup de préjugés sous couvert de plaisanterie et de second degré.

  • dedalus – 18/09/2008

    @ Bruno Franco : et l’auteur de ce blog en est bien convaincu, qui n’a jamais non plus prétendu égaler Edith Wharton. simplement, en tant que lecteur, il a cru pouvoir exprimer une préférence pour Henry James. et même, je crois bien qu’il a tenté de le faire avec une pointe d’humour. ce qui vous aura notoirement échappé. cette absence de style, sans doute.

  • Bruno Franco – 18/09/2008

    Pas de style, maîtrise défaillante du français : l’auteur ce ce blog est loin d’égaler Edith Wharton.

  • Pierre – 11/09/2008

    Réponse très pertinente ! D’ailleurs, sans avoir plus d’arguments que l’auteure de l’article sur Rue89, je prétends que les blogs sont avant tout des trucs de filles… Les blogs sont la version moderne des diaries d’antan, que ces demoiselles fermaient avec un petit cadenas, et que leurs mamans lisaient en cachette. Histoire de connaître le nom du prétendant. 
     
    Et en matière de test, il y en a un qui fera réagir les filles comme les garçons. Essayez-voir de lâcher un billet de 100 € au milieu d’un attroupement…

  • dedalus – 11/09/2008

    hè ho ! j’ai quand même cité Henry James. et même Edith Wharton.  
     
    c’est dire si, brune ou blonde, on peut encore parler littérature.

  • ? – 11/09/2008

    cette explication m’a fait devenir blonde. 
    j’étais venue parler littérature et M…E,je viens de comprendre que j’étais une femme. 
    Bonjour DEDALUS.Brune ou Blonde je vous aime.