Juin 192009
 

René Magritte Le ViolCe n’est pas la burqa qui est une prison, c’est Dieu. Dieu est une prison mentale.

La Burqa est une oppression. Un moyen d’oppression dirigé contre le corps des femmes.

On raconte que certaines s’y soumettent de plein gré. Mais Dieu est un enfermement de l’esprit qui exclut le libre-arbitre.

Interdire le port de la burqa est une connerie. Les lois contre l’oppression existent. C’est à la libération des esprits qu’il faut s’atteler.

L »oppression contre les femmes emprunte des chemins variés. Dans l’immense majorité des cas se sont des chemins privatifs. Combien de filles et de femmes sont violées à l’intérieur de leur propre foyer et se taisent ?

Libérer les esprits pour libérer la parole. Parce que la loi ne peut passer quand la victime tait son oppression.

La burqa est la partie visible d’une oppression d’autant plus vaste qu’elle est cachée.

La burqa possède en sus l’avantage de circonscrire le champ de la dénonciation à l’intérieur de la population musulmane. Une hypocrisie bien vulgaire. A la française, pourrait-on dire.

Source : Sous la burqa, le baillon

  • JDep – 02/07/2009
  • poeterock – 28/06/2009

    ils s’enferment dans leurs bêtises;sous la burqa le string 
    dieu vend sa connerie sur ebay…si si faut chercher, 
    moi tout ça me donne la nausée ils prennent l’europe comme laboratoire 🙁

  • dedalus – 23/06/2009

    Ni dieu ni maître – pas en beuglant « interdiction de la burqa » (ultraminoritaire aussi, d’ailleurs) 
     
    le religieux, ou du moins sa version obscurantiste, régresse au fil des siècles, à mesure que la connaissance se démocratise. c’est vrai que c’est long. mais si le simplisme n’est pas un angélisme, du moins est-il tout aussi impuissant.

  • Ni dieu ni maître – 23/06/2009

    A Dedalus.. 
    Hou là là !!! que de confusions pour tordre la réalité à votre « bienpensance » angélique… 
     
    – Je n’ai pas dit que les burqa devaient être boutées hors de France.. par contre il faudrait sûrement extirper celles qui sont dessous pour leur parler des philosophes des Lumières (je rigole..). Vive l’éducation! disent les angéliques, pour lutter contre l’obscurantisme. Bon courage avec ces sectaires prosélytes revendiquées salafistes.. 
    – j’ai une autre fille de 13 ans, assez mature: les punks (ça existe encore?) la font rigoler et elle les trouve ado attardés. C’est une étape transitoire rebelle qui passe. les burka, non. 
    Le skinhead? (ultraminoritaire..) s’il fait une connerie, il est jugé et va en taule direct. Jugez une burqa, vous verrez le tollé.. 
    Que vient faire la chirurgie esthétique? (dont le propre et la réussite sont de ne pas se faire remarquer, et donc de passer inaperçu…)  
    Et pourquoi pas le string? ou la nonne en robe? A force de pratiquer l’amalgame, on banalise tout… Habitant de Belleville (qui n’est plus celui de Leny Escudero..) n’oubliez jamais que le religieux ne peut être comparé au civil. Car le civil est démocratique et contradictoire, lieu de débat et de doute; le religieux est affaire de foi et, dans son version infantile, intolérant et sectaire. Je me soumets à Dieu ! non mais, tu n’as pas envie d’éclater de rire ! 
    – cela dit, indiquez-moi concrètement comment on lutte contre l’oppression déiste salafiste, je ne demande qu’à être convaincu.. hé hé!!!

  • dedalus – 23/06/2009

    Maghnia – oui, l’école de la République est notre force, ou devrait l’être. 
     
    Didier Goux – ha ! les bonnes moeurs… ha ! les coutumes, les usages et la tradition… ha ! le doux savoir vivre d’antan… et donc j’avais bien compris : le problème de la burqa n’est pas en ce qu’elle serait une oppression, mais en ce qu’elle dérange et choque le bon peuple d’ici. 
     
    Maxine – à qui le dites-vous !

    rimbus – la religion est hostile aux femmes. et puis souvent la religion est un prétexte pour imposer une domination. 
     
    magatst – ??? 
     
    cui cui fit l’oiseau – voilà un commentaire bien sage et bien pertinent. merci ! 
     
    Ni dieu ni maître – est-ce qu’en habitant Beleville je peux m’exprimer ? en ce cas je vous dirai que la République s’est débarrassée des curés en les boutant hors les murs de l’école publique, hors les murs de l’Etat, hors les murs du pouvoir… et non pas hors de France. 
     
    demandez-vous si les punks ne font pas peur aux petits enfants, si le skinhead n’affiche pas son fascisme, si la chirurgie esthétique n’est pas la vitrine d’une oppression… ce sont les idéologies qu’il faut combattre, pas les modes qu’elles empruntent. 
     
    interdisez la burqa, l’oppression subsistera. luttez contre l’oppression, la burqa n’aura plus de raison d’être.

  • Ni dieu ni maître – 22/06/2009

    – Récemment, dans un parc public, lors d’une promenade avec ma fille (9 ans) main dans la main, j’ai senti sa main serrer la mienne et son regard inquiet se lever vers moi. En face, venait vers nous une silhouette revêtue d’une burqa noire. A ses côtés, l’accompagnait l’inévitable mari en pentashort, sandalettes et tee-shirt, fat ventripotent libre sous le soleil.. Ma fille a eu peur de cette Belphégore assez peu rassurante, il est vrai, moi même… 
    – il est possible que les femmes en burqa en France ne soient pas soumises à un homme, mais qu’elles affichent ainsi leur islamisme radical, intégriste, salafiste (?) et anti-occidental. Ces fascistes masquées (et manipulées?) sont en guerre idéologique contre les concepts de démocratie et de laïcité. Il est un devoir de résister et de ne pas laisser se gangrener. 
    – On n’a pas débarrassé la République des curés pour se laisser imposer les ayatollahs et leurs burqas.  
    « Le bon peuple », celui des petites gens,vit au contact des burqas, pas les bonnes âmes sentencieuses des beaux quartiers.

  • cui cui fit l’oiseau – 22/06/2009

    Non seulement une interdiction serait une connerie monumentale, mais elle aurait, au surplus, un inconvénient majeur : par défi, le port de la burqa constituerait une opposition frontale et visible aux valeurs politiquement correctes de notre pays. 
     
    Je vous garantis, outre que la cour de Justice européenne, dans le cadre, du port d’un tel vêtement dans l’espace public, cassera probablement un tel arrêté, que la profusion de telles tenues aboutira au résultat contraire souhaité. 
     
    Côtoyant assez fréquemment des femmes revêtues de la burka dans les 9-3 et 9-5, je peux témoigner qu’elles le font souvent de leurs pleins grés et qu’elles ne sont ni plus renfermées, ni moins tolérantes, ni plus fanatiques que les autres, ni moins aliénées ! 
     
    Si on commence à parler de l’aliénation des femmes, supprimons alors le statut des religieuses, les liftings, le jeunisme terroriste obsessionnel et la mode de l’éternelle jeunesse même à 75 ans !  
     
    Je signale que je suis non croyant.

  • magatst – 22/06/2009

    Pour moi ce mystère reste entier 😉

  • rimbus – 20/06/2009

    Certaines juives cachent leur cheveux par une perruque.  
    Saint Paul recommande aux femmes d’être voilées et soumises à l’homme. 
     
    La religion est souvent une absurdité hostile aux femmes. Je ne sais plus qui théorisait que c’est en passant à l’agriculture que la société a désacralisé la femme. 
    En effet, l’homme a comprit en devenant cultivateur qu’il pouvait maîtriser la reproduction et la fertilité. Auparavant, les sociétés humaines étaient matriarcales, la fécondité étant un mystère féminin divinisé (une théorie basée sur l’étude des statuettes de « venus » paléolithiques).

  • Maxine – 20/06/2009

    Qu’est ce qu’on peut trouver comme conneries sur Internet. Allons, libérons ces pauvres faibles femmes, elles ne comprennent rien à rien.

  • Didier Goux – 19/06/2009

    Ah, évidemment, si vous avez la preuve irréfutable de l’inexistence de Dieu, c’est tout différent, et je retire bien sûr tout ce que j’ai dit. Et vous avez entièrement raison : Dieux est une prison mentale. Saint Augustin, saint Thomas d’Aquin et Jean-Sébastien Bach me le disaient encore hier. Chaleureusement approuvés par Blaise Pascal et Georges Bernanos, du reste. 
     
    Pour le deuxième point, je pense comme vous que l’on n’interdira rien du tout. Simplement parce que nous sommes d’avance décidés à céder sur tout, comme nous le faisons depuis vingt ans. Cela étant, je ne vois pas en quoi le fait d’être dans un État de droit empêcherait cette interdiction, et pour la même raison qu’on interdit aux naturistes de se balader à poil dans les rues des villes (et des champs, d’ailleurs) : parce que c’est contraire aux moeurs, aux coutumes, aux usages, etc., et parce que ça choque une immense majorité de gens de ce pays. 
     
    Mais, au fond, c’est votre deuxième commentateur qui a raison : face à un problème précis, et quel qu’il soit, libérons l’instinct de vie. Et hop !

    Tiens, puisqu’on en parle : http://www.causeur.fr/a-visage-decouvert,2597

  • Maghnia – 19/06/2009

    très juste dedalus 
     
    dans certains cas de maltraitances.. cachées ou pas par une burqa.. ce n’est même pas la parole qu’il faut libérer.. c’est l’instinct de vie 
     
    d’où l’école ouverte à tous et toutes

  • Maghnia – 19/06/2009

    très juste dedalus 
     
    dans certains cas de maltraitances.. cachées ou pas par une burqa.. ce n’est même pas la parole qu’il faut libérer.. c’est l’instinct de vie 
     
    d’où l’école ouverte à tous et toutes

  • dedalus – 19/06/2009

    Cher Didier Goux, allez savoir pourquoi, quelque chose me disait que vous n’y résisteriez pas. 
     
    Le fait que Dieu accorde le libre-arbitre aux hommes n’entre pas en ligne de compte : Il n’existe pas. Je pensais que vous auriez compris que c’est l’idée de Dieu qui est une prison mentale. 
     
    Sur votre deuxième point, vous êtes plus décevant encore. Nous sommes dans un Etat de droit. Une oppression ne peut être condamnée que si la supposée victime se plaint du traitement qu’on lui fait subir. Une femme qui arrive à l’hôpital avec les côtes fracturées, le visage boursoufflé et qui prétend être malencontreusement tombée dans un escalier n’est pas a priori une victime. C’est pourquoi je parle de libérer la parole. 
     
    Tout le reste n’est que coups de menton et le port de la burqa dans les lieux publics ne sera pas interdit. Parce que tout simplement c’est impossible. relisez la Constitution. 
     
    Dit autrement, En France, on ne fait pas le bien des individus malgré eux. Ça s’appelle la liberté de conscience. C’est con, hein ?

  • Didier Goux – 19/06/2009

    Vous dites n’importe quoi : le libre-arbitre, dans les religions juive et chrétienne, sont donnés à l’homme dès le départ : Adam et Ève peuvent choisir de goûter au fruit de la connaissance ou de ne pas le faire. Dieu les laisse absolument libres. 
     
    Quant azu reste, vous ne faites que noyer le poisson. C’est toujours très joli, ce type d’argument : attaquons-nous plutôt aux racines du mal (sans jamais préciser comment, et pour cause). En attendant, la négation des femmes, c’est ici et maintenant. Alors ? On leur demande de patienter un millénaire ou deux, des fois qu’on trouverait comment trancher les racines du mal et de l’oppression ?