Juin 012010
 

le conflit au proche et moyen-orientUne décennie après l’autre, la même histoire recommence. Tandis que le chemin vers la paix est connu de tous – la reconnaissance mutuelle de deux Etats souverains dans des frontières définies et intangibles, garantissant le droit à la sécurité des populations israéliennes et palestiniennes – quelques fanatiques, poursuivant pour les uns le rêve impérialiste et messianique d’un Grand Israël, pour les autres l’anéantissement de l’Etat Juif sur la terre de Palestine, s’évertuent à verser le sang et attiser les haines.

Et toutes les puissances du Monde, dont chacune continue d’évaluer cyniquement ses propres intérêts géopolitiques dans une région poudrière, de ne surtout rien faire qui tienne avant tout compte des populations, ces hommes et femmes qui sont nés dans la guerre et le ressentiment, qui ont connu la souffrance et la mort, l’ont expérimenté cruellement au plus proche de leur chair, qui n’aspirent qu’à connaître enfin la paix, c’est-à-dire la vie – parce qu’ils sont tout simplement comme nous.

Et les exaltés, les cons et les salauds, les fanatiques qui entretiennent la guerre avec un soin puant ne sont ni d’un seul camp ni seulement « là-bas ». Ils sont partout, ici aussi, en France, qui parlent de paix… et aussitôt choisissent leur camp pour y mener leur petite part d’une guerre où ils ne risquent rien. La main sur le coeur, ils s’imaginent en blanches colombes et ne se rendent pas compte qu’ils braillent comme de vulgaires mouettes, oiseaux stupides et querelleurs, vautours des mers et qui se nourrissent parmi les ordures.

Il n’y aura jamais de paix que lorsque cesseront toutes les menaces, toutes les provocations, toutes les atrocités, lorsque chacune cessera d’être le prétexte qui justifiera la suivante, lorsqu’on voudra bien comprendre que s’il existe deux camps qui doivent s’affronter, il ne s’agit pas d’Israël agressé contre les terroristes sanguinaires, pas plus qu’il ne s’agirait du peuple palestinien opprimé contre l’impérialisme totalitaire de l’état juif. Seuls existent le camp de ceux qui veulent sincèrement la paix et savent que cela passe nécessairement par compromis et renoncements, et celui de ceux qui perpétuent une guerre en laquelle ils savent pouvoir nourir leurs petits intérêts particuliers, là-bas comme ici, là-bas comme partout – mais c’est pire encore lorsqu’on se contente de faire la guerre par procuration, le cul bien au chaud, où l’on évoque l’empathie pour simuler une souffrance dont on ignore tout et qu’on sait n’avoir jamais à connaître, jamais intimement.

Et s’il faut évoquer l’actualité – mais elle n’est que le même écho qui se répercute depuis plus d’un demi-siècle -, je me contenterai simplement de remarquer que pas davantage que les faucons du gouvernement israéliens, les vrais cons sur leurs petits bateaux ne se sont un instant préoccupé sincèrement du sort tragique des populations victimes à Gaza d’un blocus inique – mais aussi d’un Hamas qui terrorise également à domicile. Tous savaient que le convoi baptisé « humanitaire » ne parviendrait jamais à des destinataires prétextes et otages, car rien ne fut fait pour qu’il obtienne la moindre chance d’y parvenir. Toujours cette alliance objective de ceux dont la guerre est l’intérêt commun. Là-bas – où l’on en meurt – comme partout, et en particulier ici – où l’on se complait, la main sur le coeur, oeillères bien ajustées, à déclamer une partition écrite à l’avance, toujours la même et qu’on sait – depuis le temps – parfaitement vaine.

Pis que les faucons : les mouettes !

Source : Faucons va-t-en-guerre et vrais cons terroristes

  • dedalus – 02/06/2010

    Je vous rassure, votre permis de vous exprimer ici est sans limite de validité, de même que le mien.  
     
    Les mouettes dont je parle ici – c’est une image – et dont je dis qu’elles sont pis encore que les faucons – ceux qui font la guerre et s’y plaisent, une image encore – sont, dans chaque camp, autour des faucons israéliens ou autour des vrais cons plus terroristes que palestiniens, piaillent « justice justice » et ce faisant oublient que seule la paix, donc l’apaisement, le dialogue et le compromis, permettront le rétablissement de la justice pour chacun.

  • mouette jaune (feeline06) – 02/06/2010

    dedalus, j’ai simplement été « irritée » par votre harro (oui, je ne sais même pas si ça s’écrit ainsi) sur les mouettes, et justement, la bande dont je parle est celle qui crie « vos gueules » avec vous.  
    Je ne sais pas non plus bien dire les choses, sinon j’aurais un blog moi aussi, je ne vous permets pas de dire que je ne sais pas pourquoi vos cris m’insupportent, l’article que j’ai mis en lien me semblait assez correspondre à mon ressenti, ne l’avez-vous pas lu ?  
    Je ne vous reconnais pas non plus le droit de « supposer » que :  
    – j’ai choisi un camp  
    – je suis persuadée ainsi d’oeuvrer utilement pou la paix.  
    Moi aussi je pleure, et je ne savais pas qu’il fallait ici un permis de s’exprimer !

  • dedalus – 01/06/2010

    @ mouette rieuse
    Mes cris sont des larmes sur deux peuples qui souffrent la guerre et la haine depuis soixante ans. Qu’y puis-je s’ils vous insupportent ? Vous ne savez même dire pourquoi, tant sans doute vous êtes persuadée en ayant choisi un camp d’oeuvrer utilement pour la paix. Les résultats sont probants, sans doute.  
     
    Cela étant, je vous rassure, je ne suis pas une bande à moi tout seul.  
    De quelle bande parlez-vous donc ?

    @ Seb
    Oui ! 
    Merci, Seb, pour ce lien – j’étais passé à côté. 
    A +, l’ami.

  • Seb – O1/06/2010

    Sur ce sujet, j’aime bien l’avis de l’écrivain David Grossman, sur le site de La paix maintenant. Juste et équilibré, me semble-t-il : 
    http://www.lapaixmaintenant.org/article2057

  • mouette rieuse (feeline06) – O1/06/2010

    Les mouettes sont des sales bêtes, d’accord, mais vos cris me semblent bien plus insupportables, seriez-vous une bande de vieux vautours ? 
    Et de quel nom d’oiseau traiteriez-vous celui-ci de vos amis qui chante avec elles ? (http://nouvelhermes.blogspot.com/2010/05/juif-et-arabe-egalite.html)