Sep 042009
 

nu picassoIl la regarde, fait une moue. Ça ne va toujours pas. Les yeux d’abord. Les yeux surtout. Le regard ne possède pas la clarté voulue, ce pétillement. Trop de noirceur, de froideur même. Il avait espéré créer au fond de ses yeux noirs un regard à la fois chaud et lumineux. Il le découvre sombre et glacé. Et puis la hanche. La courbe est trop marquée, un peu grossière. Quand elle se déplace, elle semble lourde, lestée, comme plantée dans un sol boueux, comme si chaque pas était un déracinement. Elle parle, elle chante, elle rit. Il émane d’elle intelligence et candeur, humour et légèreté. Elle est délicieuse, pense-t-on tout d’abord. Cela ne dure pas. Rapidement on s’ennuie. A la fin, on est irrité par le son de sa voix qui rend trop le cristal et l’on y perd encore de la chaleur, quand son parfum en diffuse de trop. Elle sent bon pourtant, merveilleusement bon, au point qu’il se dit que c’est finalement ce qu’il a le mieux réussi. Il en serait presque satisfait s’il n’y cherchait en vain la subtile touche érotique qu’il y avait souhaitée. Les effluves vaginales surtout. Il a beau fourrer là son nez, il n’y retrouve rien de la nécessaire bestialité qu’on espère toujours y deviner. Il l’examine encore, doutant de plus en plus que la magie puisse tout de même opérer. L’aimer, voilà ce qui saurait couronner tant d’efforts consentis pour son œuvre. Le dessin du sexe est certes parfait. Et les cuisses et le ventre et les seins. De toute beauté aussi. Un grain de peau sublimement soyeux – presque trop sur l’aimable rondeur des fesses, constate-t-il avec dépit. La main risque de glisser avant que d’avoir eu le temps de s’émouvoir. Et la cambrure des reins. Elle file avec élégance jusqu’au creux délicat de la nuque, là où échouent tous les baisers. Il soulève ses longs cheveux et l’embrasse là, avec un peu d’espoir encore, et découvre qu’en cet endroit crucial, qu’en cet endroit aussi, un il-ne-sait-quoi désamorce toute charge érotique. Il comprend soudain son erreur. Trop de perfections. Trop de perfections, voilà l’imperfection. Tout recommencer. Il a pris sa décision. Tout recommencer encore. Il aurait dû s’en rendre compte avant que de lui insuffler la vie. Elle va maintenant pousser d’insupportables petits cris à la vue du couteau. Elle suppliera de l’épargner. Elle ne comprendra pas. Il n’a pas la faculté de renoncer et n’a d’autre choix que de la détruire s’il ne peut l’aimer tout à fait. Elles ne comprennent jamais.

Source : Le syndrome de Pygmalion


  • isemma – 09/09/2009

    (bien sûr qu’elles comprennent) elles savent depuis toujours qu’elles seront « refaites » de toute façon par un M même si il s’appelle pygmalion (a fuir en courant plus vite que le vent dés fois que le Pygmélion(jamais content celui-là) soit un bon lanceur de couteau). 
     
    bises Laurent mann.

  • Galatée – 08/09/2009

    Pourvu qu’… 
    [Pourvu qu’] elles ne comprennent jamais.