Avr 222012
 

Donner la fessée à SarkozyAvant Nicolas Sarkozy, tous les présidents sortants étaient arrivés en tête au soir du premier tour. Nicolas Sarkozy arrive ce soir loin derrière François Hollande.

C’est pis encore que cela. Nicolas Sarkozy occupait cette année à peu près seul le créneau de la droite traditionnelle, qu’il a donc conduit à un niveau historiquement bas.

Nicolas Sarkozy se retrouve ce soir nu, sans réserve de voix, et peut au mieux espérer récupérer une moitié des voix de Marine Le Pen et un tiers de celles de François Bayrou. Le rejet des Français est massif. Et le score tragiquement haut de Le Pen est le reflet de l’état dans lequel ce tout petit président est parvenu à mettre le pays en seulement cinq ans.

Nicolas Sarkozy vient de se prendre une baffe monumentale. Mais Nicolas Sarkozy ne tendra pas l’autre joue. Nicolas Sarkozy a trop d’orgueil, trop de hargne en lui, trop de haine aussi. Et puis Nicolas Sarkozy a de bonnes raisons de tenir très fort à son immunité…

Il va donc falloir nous mobiliser encore, dans deux semaines, ne rien lâcher et lui administrer la seconde taloche.

Ensuite seulement nous pourrons faire la fête, dans un pays où l’air sera soudain devenu plus respirable, plus léger.

Sarkozy, vous n’en voulez plus ? Le 6 mai, changeons d’air !

 

Voici les résultats. A ce stade, bien entendu, les chiffres sont encore provisoires. Je les mettrai à jour au fur et à mesure qu’ils seront affinés. Et pour mémoire et à titre de comparaison, je joins ceux de 2007 :

 présidentielle 2007 présidentielle 2012

nombre pourcentage
nombre pourcentage
inscrits 44 472 834 100% inscrits 44 500 000  100% 
participation 37 254 242 83,77% participation    81%
exprimés 36 719 396 98,56% exprimés    
Le Pen 3 834 530 10,44% Le Pen 6 400 000  18,0% 
Extrême-Droite 3 834 530 10,44% Extrême-Droite 6 400 000  18,0% 
Nihous 420 645 1,15% Cheminade 90 000   0,2%
De Villiers 818 407 2,23% Dupont-Aignan 640 000  1,8% 
Sarkozy 11 448 663 31,18% Sarkozy 9 600 000  27,1% 
Droite décomplexée 12 687 715 34,55% Droite décomplexée 10 300 000  29,1% 
Bayrou 6 820 119 18,57% Bayrou 3 230 000   9,1%
Droite complexée 6 820 119 18,57% Droite complexée 3 230 000  9,1% 
Voynet 576 666 1,57% Joly 800 000   2,3%
Bové 483 008 1,32%  – –   –
Gauche écologiste 1 059 674 2,89% Gauche écologiste

800 000 

 2,3%
Royal 9 500 112 25,87% Hollande 10 160 000  28,6% 
Gauche socialiste 9 500 112 25,87% Gauche socialiste 10 160 000   28,6%
Buffet 707 268

1,93%

Melenchon 3 950 000  11,1% 
Gauche radicale 707 268 1,93% Gauche radicale 3 950 000   11,1%
Besancenot 1 498 581 4,08% Poutou  400 000 1,2% 
Laguiller 487 857 1,33% Artaud 200 000  0,6%
Schivardi 123 540 0,34%  –  –  –
Gauche trotskiste 2 109 978 5,75% Gauche trotskiste 600 000   1,8%

 

  • Anatole Zed

     »
    Ensuite seulement nous pourrons faire la fête, dans un pays où l’air sera soudain devenu plus respirable, plus léger », dites-vous. Mais ce pays ne sera-t-il pas dès lors celui où se fera sentir, plus forte que jamais, la menace d’une crise de confiance gravissime et d’un dévissage financier et économique catastrophique ? La France suivra-t-elle le chemin de l’Espagne, de la Grèce ? J’espère bien que non, mais comment ne pas s’en inquiéter ? J’envie vos certitudes militantes. Mais vous avez raison au moins sur un point, à propos de légèreté, car débarrassé de Sarkozy l’agité du bocal, nous serons par la même occasion allégés de l’anti-sarkozysme primaire, au moins aussi fatiguant, cette « pensée » qui, dans sa grande finesse, compare Sarkozy à Pétain comme elle compare la burqa aux talons aiguilles. 

    • La crise n’aura pas disparue et les difficultés économiques et sociales seront grandes. Je pense qu’avec la gauche et son projet la France les abordera mieux armée qu’elle ne l’est actuellement. Mais je ne parlais pas ici de cela.

      Je parlais du climat délétère que nous subissons depuis cinq ans, divisions, tensions, stigmatisations, outrances. En finir avec cela rendra l’atmosphère plus légère. Cela qui a lui seul caractérise le sarkozysme et justifie l’anti-sarkozysme. Vous le dites primaire, je préfère le qualifier de radical.