Jan 112012
 

EDIT : Une petite erreur s’était glissée dans la première version de mon simulateur qui donnait des résultats faussés. L’erreur est désormais corrigée et les tableaux donnent des résultats non seulement justes, mais plus favorables encore à la réforme d’un système de Quotient Familial dont l’injustice fiscale (et donc sociale) est plus que flagrante…

Bon, là j’ai plus le temps. Mais j’ai conçu un joli petit tableur excel qui permet, à partir d’une situation familiale donnée – couple marié ou pacsé, célibataire en concubinage ou vivant seul, sans enfant ou avec un ou plusieurs enfants, avec tel ou tel revenu mensuel – de connaître le montant de votre imposition sur le revenu selon le barème 2012, le montant de votre réduction d’impôt dû au Quotient Familial, le montant de ce que serait votre impôt si le système du quotient Familial était réformé conformément au projet de François Hollande.

Le projet de François Hollande n’étant à ce jour pas connu, j’ai retenu le scénario proposé par la Direction Générale du Trésor qui à coût global constant propose de remplacer le système actuel de Quotient Familial par une déduction d’impôt (ou bien un crédit d’impôt pour les foyers non imposables – ce sont les impôts qui vous font un chèque) de 500 euros par enfant pour les deux premiers enfants, puis de 1000 euros à partir du troisième.

On peut alors comprendre un peu mieux la réforme, comprendre en particulier pourquoi il s’agit d’une proposition de justice fiscale, comprendre aussi à quel point les arguments utilisés par l’UMP et Nicolas Sarkozy sont imbéciles et mensongers, comprendre qu’en réalité ils en sont une fois de plus à défendre becs et ongles les privilèges des plus nantis d’entre nous au détriment des familles les plus défavorisées.

Je l’ai dit, je n’ai pas le temps d’en faire un long billet. Aussi je me contente de vous livrer sous forme de trois tableaux (cliquez pour les agrandir) quelques résultats bruts que j’ai tiré de cet outil – en précisant seulement que celui-ci ne présente pour seuls défauts que de ne pas tenir compte des autres déductions fiscales, ces fameuses niches, qui profitant toujours plus aux plus hauts revenus, et donc de faire apparaître plus élevés les niveaux d’impositions de ces derniers qu’ils ne le sont en réalité.

Nicolas en a fait une première lecture, tout à fait intéressante. Allez le lire et n’hésitez pas à faire la vôtre.

 

Impacts de la réforme du Quotient Familial pour les couples mariés ou pacsés

Impacts de la réforme du Quotient Familial pour les couples mariés ou pacsés

 

Impacts de la réforme du Quotient Familial pour les célibataires vivant en concubinage

Impacts de la réforme du Quotient Familial pour les célibataires vivant en concubinage

 

 

Impacts de la réforme du Quotient Familial pour les célibataires vivant seuls

Impacts de la réforme du Quotient Familial pour les célibataires vivant seuls

 

Et si pour faire vos propres calculs – ou vérifier ceux-ci – vous voulez obtenir le tableur excel qui m’a permis d’obtenir tous ces petits résultats, une simple demande dans les commentaires suffira, ou un DM, ou un mail via la page contact de ce site…

  • xav

    bonjour j’ai fais la simulation pour moi et je trouve un paiement sans les frais kilometrique de 92€ et la sur le site avecle tableau je suis a environ et la impots avec QF est noté a 470€ sachant que j’ai 3 enfant sachant que mon salaire moi et ama femme est de environ 30000€ les deux

    • xav

      Je pense qu’il faudrait refaire les tableau car ma simulation est faites sur impots.gouv.fr

  • xav

    une cjo

  • Doublewazari

    ça inciterait encore plus à rester chez soi et à faire des gamins.
    Quelle avancée pour notre pays je vous jure !

  • Et je suis de gauche… pour le partage social, cette proposition ne m’empêchera en aucune façon de voter à gauche (a priori pas celle là, mais on verra)  mais est-ce vraiment dans ma tranche qu’il faut taper??? 

    • Et je suis d’accord pour dire qu’il sera nécessaire d’aller par ailleurs plus loin dans la réforme fiscal afin de ne pas dégrader le pouvoir d’achat de personnes comme vous dont le pouvoir d’achat est rien moins que déjà bien inconfortable.

      Cela ne signifie pas qu’il ne faille pas d’abord remédier à l’injustice profonde et insupportable du système du Quotient Familial qui accorde un avantage fiscal d’autant plus grand que vous avez des revenus élevés – et rien du tout à tous les foyers non imposables.

      • Anonyme

        L’ajustement du taux d’imposition des revenus du capital sur celui des revenus du travail serait une réforme plus facile à faire passer : çà aurait fait moins de « dégâts collatéraux » (Aïe ! Christine, pas taper !) : çà touche que les capitalistes. Je sais pas comment Hollande va la vendre après çà (s’il comptait le faire).
        Mais la démonstration me convainc, sacré travail !

  • Super! Mère célibataire avec deux enfants et avec le salaire mirobolant de 2000€ par an je paierais 500€ d’impôts en plus. Pourtant je vous garantis que je ne sens pas privilégiée, j’ai déjà bien du mal à payer mon loyer et les études des enfants… 

    • Oui, c’est vrai Christine. Mais je pense qu’il faut le voir autrement : avec le système du Quotient Familial, aujourd’hui vous percevez un avantage fiscal de 1 538€ (plus qu’un SMIC) ; dans le nouveau système, cet avantage serait réduit à 1 000€ (ce qui n’est déjà pas si mal). 

      Surtout 1 000€, serait aussi l’avantage que vous toucheriez si vos revenus tombaient (ce que je ne vous souhaite pas) 1500€ ou même 1000€ par mois. Alors qu’actuellement, avec de tels revenus, votre avantage fiscal ne serait respectivement que de 900€ ou de 266€ (à comparer avec les 1 538€ dont vous bénéficiez actuellement).

      Il n’est pas juste qu’une mère célibataire avec deux enfants gagnant 1 000€ par mois ne bénéficie que de 266€ d’avantage fiscal au titre du Quotient Familial, quand une autre gagnant le double bénéficiera de 1 538€ (près de six fois plus). 

  • Ouf ! Cela n’impacte pas les personnes sans enfants ! c’est déjà ça… 😉

    • Ça devrait ! Déjà qu’ils ont la chance de ne pas en avoir…